Test

Test de Slender: The Arrival

Jusqu'où pourrez-vous supporter…

Test de Slender: The Arrival

Peut-être faites vous partie de ces internautes qui parcourent le web de fond en comble à la recherche de pépites vidéoludiques. Parfois rares, bien cachées et souvent développées par de petites équipes voire par une seule personne, certaines sont indéniablement de petits chef-d'œuvres. Et c'est un de ces chef-d'œuvres qui nous intéresse aujourd'hui, et probablement le plus effrayant d'entre eux. Dites bonjour à Slender !

Slender. Peut-être connaissez-vous déjà ce nom. Slender. Derrière cette dénomination se cache une série de petits jeux orientés survival-horror. Cela a commencé avec le fameux Slender: The Eight Pages, un soft PC/Mac gratuit réalisé par Parsec Production en juin dernier (et qui arriverait cette année sur console). Ce jeu a donné naissance à plusieurs spin-offsgratuits de la part de fans. Nous parlerons ici de la suite spirituelle de The Eight Pages, qui s'avère aussi être le premier jeu commercial de la "franchise". Slender: The Arrival de son petit nom est ainsi sorti il y a peu sur PC et Mac pour une dizaine de dollars et a été conçu avec le concours de Blue Isle Production. Get ready for des frissons !

Il était une fois...

En ce bel après-midi d'automne, Lauren va rendre visite à son amie Kate, une adolescente qui vient de perdre sa mère et compte déménager, décidant de ce fait de mettre la maison en vente. Délaissant sa Volvo à cause d'un arbre couché sur la route, Lauren continue son chemin à pied. La blonde arrive à la maison, mais quelque chose cloche. Alors que la pénombre s'installe, Kate ne semble pas être ici. Les portes sont ouvertes, d'étranges dessins couvrent les murs... et un cri retentit. Lauren trouve alors un papier, sans doute laissé par son amie. Le doute n'est plus permis, il est arrivé quelque chose à Kate. Mais plus intriguant encore, Lauren ne se sent pas tranquille... Est-elle vraiment seule ici ?

Comme vous vous en doutez, vous incarnez cette jeune Lauren, et ce depuis qu'elle est descendue de sa voiture. Toutefois, vous ne voyez pas à travers ses yeux mais plutôt à travers celui de la caméra qu'elle porte. Allez savoir pourquoi, elle en avait une sous la main, espérons juste que la batterie tiendra. Et cette caméra se trouvera être son meilleur atout pour mener à bien son enquête. D'ailleurs, à part une lampe torche, vous n'aurez rien d'autre à votre disposition, comme il est de coutume dans le veut un jeu de type Slender. Le gameplay se veut alors très simple: vous vous déplacez et vous éclairez. Point. Vous pouvez courir, mais dans ce cas ménagez votre souffle car vous n'êtes pas candidate au marathon [et vous pourriez vous retrouver à bout de souffle au mauvais moment ?]. Et c'est tout. Pas de HUD, pas de PNJ, pas de gestion d'objet, pas de bulle conseillère, rien. Juste vous. Enfin, a priori.

Voir Slenderman...

Pour retrouver votre amie, il vous faudra dans un premier temps récupérer huit preuves. Dans un premier temps ? Oui, car comparé contrairement à son prédécesseur, Slender: The Arrival compte plusieurs chapitres. Mais il ne faillit pas à la tradition qui veut que l'on récupère d'abord huit objets, ici des dessins provenant, sans-doute, de Kate. C'est donc ce que vous allez faire ici et pas plus tard que tout de suite, dans cette forêt noire et lugubre, seule, et armée d'une simple lampe de poche. Où sont ces pages, me demanderez-vous ? Aucune idée. Kate a dû les accrocher ça et là. Alors avancez au petit bonheur la chance. Passez au travers des arbres, faufilez-vous entre les rochers, on arrivera bien quelque part. Ah, quelque chose semble briller au loin sur un mur. C'est une page ! Bien, maintenant cherchons la suivante. Regardez s'il y a un chemin... Il y en a un, suivons-le pour voir. C'est quoi ce bruit ? Mais...FzzZZzz. ne vous retournez pas ! FzzZZzz Oh non.. FzzzZZZ Ca se brouille ! FzzzZZZzzzzZZZ ! Fuy... FZzzZZZZzzZZZZZZZzzzzzzzZZZZzzzzzz...

… et mourir ?

Vous avez perdu. Ou plutôt, vous êtes perdue, car vous avez regardé Slenderman. Et Dieu seul sait ce que Slenderman fait à ses victimes. Se contente-t-il de les effrayer ? De les posséder ? Ou tout simplement de les tuer ? Mystère. Toujours est-il que vous l'avez regardé une seconde de trop. Vous ne devez jamais regarder Slenderman, jamais ! Sans quoi vous vous retrouverez paralysée de peur devant ce géant sans visage habillé d'un costume cravate provenant sans doute d'un tailleur mort. On le surnomme Slender, ou Slendy. Lorsque Slender se trouve à proximité, l'image à travers la caméra se trouble. S'il vous regarde, même à travers un arbre ou un mur, vous le saurez tout de suite. Et il n'y a rien, mais vraiment rien de plus flippant dans un jeu Slender que de se retourner et de le voir en face de soi. Où que vous alliez, il sera toujours derrière vous, quelque part. Il apparaitra quand vous vous y attendrez le moins, prêt à vous forcer à le regarder.

Arriverez-vous à supporter la pression ? Il vaut mieux, Slender: The Arrival n'est pas un jeu pour les cœurs fragiles. Vous aurez peur, rien qu'à cause de l'ambiance particulièrement réussie et d'un savoir faire rare. A chaque petite victoire, l'ambiance se fera plus pesante, limite plus solennelle, avec quelques effets sonores bien sentis, Ajoutez à cela tous les bruits flippants que l'on peut entendre dans une forêt de nuit, on s'y croirait vraiment ! Et Slender, ce satané Slender qui se rapprochera toujours plus de vous. Inutile de dire qu'au moment ou il "popera" un peu trop près, vous aurez la peur de votre vie. D’où le conseil de ne pas trop courir, car si vous êtes essoufflée alors que Slender se tient devant vous, vous n'aurez d'autres visions d'autre vision que la sienne en gros plan, horrible synonyme de Game Over.

Vous n'en reviendrez pas.

Vous l'aurez compris, jouer à Slender: The Arrival est une sacrée expérience. Le jeu n'est pas particulièrement long en soi, mais il convient de savoir s'orienter et surtout de garder son sang froid. Car passé les quinze 15 premières minutes de jeu, vous serez absorbé malgré vous dans cet univers. Et vous aurez beau jouer en pleine lumière ou en bruyante compagnie, vous aurez peur d'avancer, de regarder dans un coin, de vous retourner. C'est ainsi. On ne ressort donc pas indemne d'une session de jeu Slender. Bien sûr, cela dépend des individus, mais allez donc regarder les nombreuses vidéos sur le weboù des joueurs enregistrent leurs sessions de Slender, vous aurez vite compris !

Finir Slender: The Arrival sera donc une réelle victoire. Certes personnelle, mais une grande satisfaction et un soulagement. Techniquement, les cinq chapitres peuvent être enchaînés en moins de deux heures, mais comptez avec un certain nombre de "visions léthales". Vous ne savez pas toujours où aller, les objets-clé n'ont pas de place fixe et Slender... ce fichu Slender, patient, infatigable, imprévisible, qui ne vous lâche pas d'une semelle du début à la fin. Que ce soit dans la maison, dans la forêt, à l'usine désaffectée ou dans la montagne, de jour comme de nuit, il est toujours là. Pour vous.

De par son statut commercial, Slender: The Arrival est plus soigné graphiquement que ses acolytes gratuits. Certains trouveront un petit coté Left 4 Dead, mais le soft ne fait pas dans l'excès de détail. C'est beau, les panoramas sont magnifiques, les décors bien fichus et on ne donne pas dans l'ultra réalisme. Mais en regardant la végétation dense et la forme particulière des arbres, il n'y a plus de doute possible, c'est bien un jeu Slender. Il n'est pas nécessaire de pousser tous les réglages à fond pour se faire peur, mais n'hésitez pas à le faire pour renforcer l'immersion et profiter du paysage, le moteur Unity en a dans le ventre.


On vous conseille également d'apprendre un peu l'anglais. Non pas pour le texte à l'écran quasi inexistant (et c'est tant mieux) mais pour essayer de comprendre ce qui cloche avec Kate. Pourquoi toutes ces inscriptions sur les pages et sur les murs ? Pourquoi ne peut-elle se sortir Slenderman de la tête ? Ce Slender est vraiment un personnage aussi fascinant que mystérieux et cette soif de connaissance que vous nourrirezà son sujet sera votre seconde motivation pour explorer le jeu et tenter de le finir à 100%. Ce qui nécessite de récupérer divers documents (lettres, affiches, mails, dessins) éparpillés dans le jeu, ce qui n'est pas évident avec quelqu'un à vos trousses. Par ailleurs, un mode hardcore peut être débloqué pour libérer tout le potentiel de Slender et ainsi obtenir quelques secondes supplémentaires sur la cinématique de fin.

Note finale
9 / 10
Notre monde compte déjà quelque perles en matière de survival horror, et Slender: The Arrival mérite amplement de figurer parmi elles. Son univers mystérieux, sa beauté graphique, son gameplay accessible, son ambiance parfaite et surtout sa capacité à vous faire paniquer sont autant d'atouts qui vous feront acheter ce petit bijou. Si vous pensez avoir assez de cran et des nerfs solides, alors testez-vous sur Slender. Si vous aimez les sensations vidéoludiques fortes, testez-vous sur Slender. Même si vous êtes juste curieux, testez-vous sur Slender. Peut-être êtes-vous rebuté par la durée de vie, laquelle se veut faible sur le papier. Mais ce point est largement compensé par l'intensité des sessions, car on se laisse littéralement prendre au jeu. Il n'y a qu'à essayer les pendants gratuits pour s'en convaincre. Slender: The Arrival vaut le détour et $10 pour une expérience pareille, c'est donné.
On a aimé
  • Très intense !
  • Très bien fichu graphiquement
  • L'ambiance sonore parfairement réussie
  • Gameplay très simple et efficace
  • L'univers très énigmatique de Slenderman
  • Les objets-clé qui changent de place à chaque partie
On n'a pas aimé
  • Au hasard, se savoir une jeune femme en proie à un pervers masqué en costard ?
On s'en tape
  • De la mauvaise nuit qu'on passera ensuite !
  • Des monstres dans le placard...
  • ... ou planqués sous le lit.
Test de Slender: The Arrival
Par vendredi 3 mai 2013 à 09h27
  • Merci pour ce test. Je ne connaissais pas.
    il y a 11 mois
    • TGS 2011 - Présent lors du Tokyo Game Show 2011 - Débloqué le 15 septembre 2011
    • Gamescom 2012 - Présent lors de la gamescom 2012 - Débloqué le 18 août 2012
    • E3 2013 - Présent lors de l'E3 2013 - Débloqué le 10 juin 2013
  • Je remercie pas mon frangin pour m'avoir fait découvrir ce jeu infernal. -_- Je crois que je n'ai jamais bloqué comme ça devant un jeu !
    il y a 11 mois
    • E3 2011 - Présent lors de l'E3 2011 - Débloqué le 03 juin 2011
    • Marvel vs Capcom 3 - Morrigan - Débloqué le 05 avril 2011
    • Batman Arkham Asylum - Batman - Débloqué le 06 avril 2010
    • Mac OS - Utilisateur de Mac OS - Débloqué le 23 septembre 2007
    • Bayonetta  - Bayonetta  - Débloqué le 06 avril 2010
Vous ne pouvez plus poster de commentaire

Fiche jeu

Slender: The Arrival